Tokyo Vice (Jake Adelstein)

003960358

Date de publication originale/Dans cette édition : 2009/2016
Langue originale : Anglais (US)
Maison d’édition : Marchialy
Nombre de pages : 400
Quatrième de couverture : Quand Jake Adelstein intègre en 1993 le service Police-Justice du plus grand quotidien japonais, le Yomiuri Shinbun, il n’a que 24 ans et il est loin de maîtriser les codes de ce pays bien différent de son Missouri natal.
A Tokyo, il couvre en étroite collaboration avec la police les affaires liées à la prostitution et au crime organisé. Pour cela, il n’hésite pas à s’enfoncer dans les quartiers rouges de la capitale, dans les entrailles du vice et de la décadence. Approché par les yakuzas, il devient leur interlocuteur favori tout en restant un informateur précieux pour la police. Une position dangereuse, inédite et ambivalente, aux frontières du crime, qui incite Jake Adelstein à entrer dans un jeu dont il ne maîtrise pas les règles.

 

C’est un ouvrage vraiment exceptionnel que ce témoignage de Jake Adelstein sur la mainmise des yakuzas au Japon dont je n’avais pas pleinement conscience avant lecture. Exceptionnel en ce qu’il est le premier occidental à avoir pu intégrer le plus grand quotidien du pays et à avoir pu enquêter comme il l’a fait sur divers milieux du crime au pays du Soleil Levant, finalement au risque de sa vie et de celle de sa famille.

Nous découvrons ainsi par son intermédiaire le fonctionnement des médias japonais, de la façon d’y entrer jusqu’à celle d’en grimper les échelons, bien différent de celui de nos propres médias, et ce que signifie y être journaliste. Tout un réseau est nécessaire pour pouvoir faire dans de bonnes conditions son métier : connaissance approfondie de nombreux policiers que l’on appâte par des « cadeaux » (gourmandises, cigarettes…) et à qui l’on doit rendre visite régulièrement, passage par de nombreux lieux de débauche, dans lesquels il faut parfois payer énormément pour obtenir la moindre petite information de la part des hôtesses, prostituées… La concurrence est rude entre les journaux, et le travail énorme pour s’y faire une place, qui plus est lorsque la majorité des articles sont publiés de manière anonyme.

De 1993, début de son contrat avec le Yomiuri Shinbun, à 2005, moment où il va en démissionner en raison de la menace qui pèse sur lui et sa famille suite à ses recherches sur les milieux du trafic d’êtres humains et du crime organisé, Jake nous raconte dans les moindres détails ses enquêtes, dignes d’un travail de policier, pour obtenir les infos dont il a besoin pour écrire ses articles. Il relate également les difficultés qu’il rencontre à ses débuts pour se faire accepter comme journaliste accompli, étant un gaijin (étranger) – une belle preuve que les japonais sont particulièrement xénophobes, donc pas facile de se faire une place dans ce milieu lorsqu’on est juif américain avec une tête d’iranien, comme le fait souvent remarquer l’auteur avec beaucoup de dérision au fil de son témoignage -, même s’il finira progressivement par grimper plusieurs échelons. Il revient aussi sur les conséquences de ce métier et des sacrifices qu’il demande à son entourage, et peut-être plus encore à sa propre morale qui va prendre de sacrés coups, et lui faire goûter à ce vice sur lequel il enquêtera pendant ces douze années au Japon. Le tout se lit avec beaucoup de fluidité, et l’on a presque parfois l’impression d’être plongé dans un polar, tant le journaliste parvient à nous décrire avec minutie et brio tout ce qu’il a vécu durant sa carrière japonaise, notamment sa découverte progressive et plus que perturbante d’une image étonnante de son pays d’adoption.

Tokyo Vice est un témoignage passionnant, vraiment éclairant sur un pays qui fascine bien souvent, mais qui est finalement bien moins lisse qu’il n’y paraît, surtout lorsque l’on en découvre de diverses manières ses méandres, comme a pu le faire Jake Adelstein durant une décennie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s