The Town and the City (Jack Kerouac)

kerouac

Date de publication originale / Dans cette édition : 1950 / 2016
Langue originale : Anglais (US)
Maison d’édition : La Table Ronde
Nombre de pages : 608
Quatrième de couverture : Pour peindre l’univers de la famille Martin, Kerouac s’inspire de sa propre enfance en Nouvelle-Angleterre ; il suit tous les personnages, dispersés à travers le monde, du début du siècle à la fin des années quarante, et les réunit finalement pour l’enterrement du père. Moment crucial où chacun voit son destin enfin scellé et l’accepte. Tous, sauf Peter, le petit dernier, qui refuse le retour à la normalité et s’interroge sur ce monde qui lui est étranger.

 

Dans ce premier roman de Jack Kerouac, l’on passe au fil des pages de The Town – Galloway, petite ville de la Nouvelle-Angleterre, à proximité de Boston – à The City, New York. Dans ce passage d’un lieu à l’autre, que l’on pourrait d’abord imaginer comme un classique désir d’ascension sociale en littérature, l’on assiste au contraire à une forme de déclassement, dans lequel l’accès à la grande ville est tout sauf gage d’une vie meilleure.

Au centre de ce déclassement, une famille de huit enfants, les Martin, que nous suivons à partir des années 1930 jusqu’aux années d’après-guerre : trois filles, cinq garçons – auxquels le narrateur s’intéressera d’ailleurs davantage, une seule des trois sœurs, Liz, prenant une importance au fil du récit – que nous voyons grandir, devenir adultes, ou adolescent pour Mickey, le petit dernier, et qui finissent par suivre des chemins plus ou moins tracés par leurs aptitudes et leurs envies.

Peter, alter ego romanesque de Jack Kerouac, sera celui qui bouleversera bien sûr davantage les normes et les attentes de ses parents, tout en permettant au lecteur de s’échapper du prisme familial pour découvrir un ailleurs, géographique par des voyages en mer, culturel par des amitiés underground new-yorkaises. Alors, certes, lorsqu’on connaît la vie du romancier, l’on se rend compte de la part autobiographique présente dans The Town and The City, mais ce n’est pas à mon sens ce qui importe le plus.

Ce premier roman est en effet, et avant tout, le portrait d’une Amérique en pleine mutation, avec la Seconde Guerre Mondiale comme catalyseur, à cause de laquelle la nouvelle génération ne se retrouve plus dans le monde qu’on lui propose, et qui permettra à la Beat Generation de s’épanouir, tout comme la Première Guerre Mondiale en France avait permis l’avènement du surréalisme.

Portrait sous la forme d’une fresque familiale, malgré tout, et au contraire de la suite des œuvres de Kerouac, éminemment classique, empli de superbes descriptions de lieux ou de personnages qui lui donnent vie, et dans la lignée d’auteurs américains comme Steinbeck ou Carson McCullers que j’apprécie particulièrement.

En somme, un vrai régal littéraire que je n’oublierai pas de sitôt, même si j’ai trouvé les dialogues parfois artificiels, manquant tout autant de dynamisme que de réalisme.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s