Une joie féroce (Sorj Chalandon)

006716656
Date de publication : 2019
Maison d’édition : Grasset
Nombre de pages : 320
Quatrième de couverture : Jeanne est une femme formidable. Tout le monde l’aime, Jeanne. Libraire, on l’apprécie parce qu’elle écoute et parle peu. Elle a peur de déranger la vie. Pudique, transparente, elle fait du bien aux autres sans rien exiger d’eux. A l’image de Matt, son mari, dont elle connaît chaque regard sans qu’il ne se soit jamais préoccupé du sien. Jeanne bien élevée, polie par l’épreuve, qui demande pardon à tous et salue jusqu’aux réverbères. Jeanne, qui a passé ses jours à s’excuser est brusquement frappée par le mal. « Il y a quelque chose », lui a dit le médecin en découvrant ses examens médicaux. Quelque chose. Pauvre mot. Stupéfaction. Et autour d’elle, tout se fane. Son mari, les autres, sa vie d’avant. En guerre contre ce qui la ronge, elle va prendre les armes. Jamais elle ne s’en serait crue capable. Elle était résignée, la voilà résistante. Jeanne ne murmure plus, ne sourit plus en écoutant les autres. Elle se dresse, gueule, griffe, se bat comme une furie. Elle s’éprend de liberté. Elle découvre l’urgence de vivre, l’insoumission, l’illégalité, le bonheur interdit, une ivresse qu’elle ne soupçonnait pas. Avec Brigitte la flamboyante, Assia l’écorchée et l’étrange Mélody, trois amies d’affliction, Jeanne la rebelle va détruire le pavillon des cancéreux et élever une joyeuse citadelle.

 

J’avais eu dernièrement de très bons échos sur Sorj Chalandon, alors j’ai voulu profiter de la parution de son nouveau roman pour me faire mon propre avis.

J’avoue que je ressors malheureusement dubitative de cette découverte : le sujet, en soi, m’avait paru prometteur, notamment après lecture de la quatrième de couverture qui laissait entendre la métamorphose flamboyante d’une femme face à l’adversité de la maladie qui la ronge. Métamorphose que j’imaginais entre force et  délicatesse poétiques, d’un côté par l’énergie que demande le fait de se battre contre un cancer du sein, de l’autre par le portrait qui nous est esquissé en quelques phrases de Jeanne, femme effacée qui a toujours eu du mal à s’affirmer en tant qu’individu et qui va, grâce à la rencontre de femmes poursuivant le même combat qu’elle, enfin trouver sa place dans le monde qui l’entoure.

Or rien de tout cela n’est finalement apparu au fil de ma lecture, bien au contraire. J’ai tout d’abord  trouvé que le style était assez convenu, sans aucune poésie, sans patte qui se démarquerait de nombreux auteurs que l’on peut lire actuellement. Qui plus est, le roman glisse de caricatures en caricatures : personnages complètement enfermés dans des stéréotypes risibles, situations attendues et bien peu crédibles, principalement dans la deuxième partie lorsque Jeanne fait davantage connaissance de ses camarades de chimiothérapie. Et c’est ce qui a été pour moi le plus problématique : on entre dans une intrigue complètement invraisemblable, sans bien en comprendre l’intérêt d’ailleurs, qui laisse place à une histoire transpirant les bons sentiments – même sans être une complète happy end -. Alors certes, Une joie féroce se lit rapidement et facilement, mais sa lecture ne m’en a pas été très plaisante pour autant.

Après cette découverte plutôt ratée, et ce malgré les avis dithyrambiques sur certains autres romans de Sorj Chalandon, je ne pense pas me relancer de sitôt à la rencontre de cet auteur.

Je remercie  les éditions Grasset de m’avoir permis de découvrir cet ouvrage via Netgalley.

 

 

2 réflexions sur « Une joie féroce (Sorj Chalandon) »

  1. Eh bien je ne suis pas d’accord ! Les avis sont assez mitigés sur ce livre, certains comme moi, ont beaucoup aimé et d’autres, comme toi, ont trouvé cette fable un peu trop caricaturale. Je l’ai davantage vue comme une ode à la vie, comme un moyen de célébrer l’audace et l’adrénaline face à la mort. Mais c’est justement cette divergence d’opinions qui rend la lecture des critiques intéressantes 😉

    J'aime

Répondre à ceciloule Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s