Les Jungles rouges (Jean-Noël Orengo)

006716643

Date de publication : 2019
Maison d’édition : Grasset
Nombre de pages : 272
Quatrième de couverture : Début du XXe siècle : l’Asie du Sud-Est est humiliée, soumise à la colonisation par les Européens. Début du XXIe siècle : c’est une région triomphante, qui, avec la Chine, s’apprête à dominer le monde. Entre les deux, il y a eu ces Jungles rouges et son héros énigmatique, Xa Prasith : une histoire de révolution et d’amour fou vécue par des êtres de couleur de peau et de culture différentes.
Qui est Xa Prasith ?

 

Ce roman, découvert totalement par hasard, est un subtil mélange entre réalité et fiction, entre personnages ayant vraiment existé, ayant eu leur part dans l’Histoire de l’Indochine (André et Clara Malraux, Pol Pot, Thioun Prasith, pour n’en citer que quelques-uns) et personnages de l’invention de Jean-Noël Orengo, comme justement celui au centre de cette histoire, Xa Prasith. C’est également un subtil mélange entre plusieurs époques, des années 1920 à notre monde contemporain, époques pendant lesquelles nous suivons la genèse et l’évolution de ce personnage au fil des ans.

N’étant que peu familière des évènements racontés, au contraire des personnages historiques évoqués, je n’ai à aucun moment eu la sensation de me trouver face à des scènes historiques ; je me suis de ce fait laissé entraîner en quelques pages par une intrigue parfaitement construite, romanesque par excellence, qui m’a projetée avec aisance dans les lieux et époques décrits.

Qui plus est, Les jungles rouges fait montre d’une très belle plume, toute en mouvement, en ce qu’elle parvient à alterner, selon les personnages centraux des chapitres, entre plusieurs postures et styles, plus ou moins sensibles et poétiques, plus ou moins concrets et pragmatiques, sans que cela ne se ressente de manière artificielle à la lecture. Cette plume ne vient, ainsi, que renforcer la construction déjà très pertinente de l’intrigue.

Un belle découverte en somme que ce roman : je pense lire d’autres ouvrages de son auteur, dont j’ai particulièrement apprécié le style et la capacité à s’approprier l’Histoire, sans pour autant en dénaturer l’essence – après m’être tout de même renseignée sur les évènements réels évoqués pour avoir le fin mot de l’histoire, réelle ou fictive -.

Je remercie les éditions Grasset de m’avoir donné la possibilité de lire cet ouvrage via Netgalley.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s