La femme révélée (Gaëlle Nohant)

007100250

Date de publication : 2020
Maison d’édition : Grasset
Nombre de pages : 384
Quatrième de couverture : Paris, 1950. Eliza Donneley se cache sous un nom d’emprunt dans un hôtel miteux. Elle a abandonné brusquement une vie dorée à Chicago, un mari fortuné et un enfant chéri, emportant quelques affaires, son Rolleiflex et la photo de son petit garçon. Pourquoi la jeune femme s’est-elle enfuie au risque de tout perdre ?
Vite dépouillée de toutes ressources, désorientée, seule dans une ville inconnue, Eliza devenue Violet doit se réinventer. Au fil des rencontres, elle trouve un job de garde d’enfants et part à la découverte d’un Paris où la grisaille de l’après-guerre s’éclaire d’un désir de vie retrouvé, au son des clubs de jazz de Saint-Germain-des-Prés. A travers l’objectif de son appareil photo, Violet apprivoise la ville, saisit l’humanité des humbles et des invisibles.
Dans cette vie précaire et encombrée de secrets, elle se découvre des forces et une liberté nouvelle, tisse des amitiés profondes et se laisse traverser par le souffle d’une passion amoureuse.
Mais comment vivre traquée, déchirée par le manque de son fils et la douleur de l’exil ? Comment apaiser les terreurs qui l’ont poussée à fuir son pays et les siens ? Et comment, surtout, se pardonner d’être partie ?

 

L’on entre, avec ce roman, dans le vif du sujet dès les premières lignes puisque l’on découvre immédiatement que le personnage principal de celui-ci, Violet Lee, a en fait un nom d’emprunt (son véritable nom étant Eliza Donneley), et est une américaine de Chicago qui a tout quitté dans la précipitation pour Paris. L’on découvrira progressivement les raisons de cette fuite et les pérégrinations de la jeune femme à travers la ville Lumière qui lui permettront de se forger une nouvelle identité, notamment grâce à ses rencontres, mais aussi grâce à son appareil photo, son second regard, souvent le plus important, posé sur le monde et les gens qui l’entourent. L’on suivra Violet / Eliza durant de nombreuses années avant de voir un dénouement à son histoire américaine.

J’ai certes bien aimé découvrir l’histoire de cette jeune femme fortement liée à l’Histoire des Etats-Unis, des années 1930 aux années 1960, pleine de vivacité, de réalisme, et parfois de belles phrases venant ponctuer avec brio une situation ou une description. J’ai aussi beaucoup apprécié le regard photographique que celle-ci porte sur le monde, et que Gaëlle Nohant retranscrit, je trouve, à merveille. Mais je n’ai pas franchement été convaincue par l’intrigue, qui, bien que plausible, n’en est pas moins très attendue : il m’a de ce fait manqué une petite touche de fraîcheur quant à ce que je lisais pour être pleinement emmenée sur les traces de cette Femme révélée.

Une découverte malgré tout plaisante même si l’intrigue ne m’a pas assez surprise : je pense désormais lire sous peu Légende d’un dormeur éveillé, qui dort dans ma PAL depuis bien trop longtemps.

Je remercie les éditions Grasset de m’avoir permis de découvrir ce roman via NetGalley.

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s