Long Island Story (Rick Gekoski)

007184041

Date de publication originale / Dans cette édition : 2018 / 2020
Langue originale : Anglais (US)
Maison d’édition : Belfond
Nombre de pages : 263
Quatrième de couverture : En cet été caniculaire 1953, les Grossman déménagent, préférant quitter l’agitation politique de Washington pour une tranquille vie de banlieue à Long Island.
L’occasion pour eux de s’éloigner de la paranoïa anticommuniste, de regarder enfin grandir les enfants, de se retrouver.
Mais cet été qui n’en finit plus de languir va révéler de profondes failles. L’ennui s’installe et, avec lui, les non-dits, les infidélités, les frustrations.

 

Long Island Story, roman aux accents autobiographiques – comme nous l’indique Rick Gekoski, son auteur, à la fin – nous présente, dans toute sa moiteur étouffante, autant occasionnée par la saison même où se produisent les principaux évènements, l’été, que par les évènements eux-mêmes, un déménagement forcé de Washington à Long Island, la famille Grossmann. Ben, le père, qui travaille à Washington, de même que la mère, Addie, semblent comme entraînés par une crise personnelle qui va avoir une incidence sur le reste de la famille, leurs deux enfants, Jake et Becca, bien sûr en première ligne. De ces crises existentielles, qui sont plutôt bien retranscrites par l’auteur, surtout concernant Addie, découlera donc, en toute logique, une crise familiale encore exacerbée par la situation professionnelle des deux, entre leurs désirs et la réalité de celle-ci.

Alors certes, l’on peut reprocher au roman qu’il ne s’y passe pas grand chose, mais l’on sent qu’ici, le but de Rick Gekoski n’est pas de raconter une histoire en soi, avec moult actions, péripéties…, mais de décrire le plus précisément possible les mécanismes de déliquescence d’une famille, plus encore d’un couple, en partant de l’origine de celle-ci – d’où les nombreux flashbacks relativement éclairants à ce sujet -, pour en arriver à son dénouement prévisible. Et certes, l’on peut aussi considérer que le roman est bien peu original, mais je me suis quand même laissé rapidement prendre dans les filets de cette famille en crise. Sûrement parce que j’ai trouvé chaque membre, en raison de ses qualités comme de ses défauts, profondément humain, plausible, et donc attachant.

Par contre, j’avoue avoir été déçue par le peu d’éléments évoqués renvoyant au maccarthysme, alors que la quatrième de couverture laissait sous-entendre que l’histoire de la famille Grossmann était davantage liée à cette période trouble de l’Histoire américaine. J’ai eu l’impression d’une évocation historique prétexte qui n’avait aucune incidence sur le déroulement des évènements, bien que l’on nous indique le contraire.

Une lecture que j’ai donc appréciée, même si j’aurais aimé que le contexte historique américain des années 1950 soit davantage mis en avant pour encore plus de profondeur.

Je remercie les éditions Belfond et NetGalley de m’avoir permis de découvrir ce roman.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s