Ecorces (Hajar Bali)

9782714493552ORI

Ecorces nous mène à la rencontre de quatre générations vivant sous le même toit, dans un appartement qui peine à les contenir, à Alger : Baya, la matriarche de 95 ans ; Fatima, sa fille ; Meriem, sa petite-fille ; Nour, son arrière petit-fils qui a, quant à lui, 23 ans, et qui a bien du mal à se libérer du carcan triplement maternel de sa famille. Jusqu’à sa rencontre avec Mouna, jeune femme qui va immédiatement le troubler, sans qu’il ne comprenne bien pourquoi, et qui va tous les entraîner jusqu’à la découverte progressive d’un secret enfoui depuis des lustres en son sein.

Alternant entre passé et présent de tous – et même d’absents, paradoxalement omniprésents dans le cœur et dans l’esprit de certains -, ainsi qu’entre de multiples voix narratives, le récit nous donne assez rapidement les clés du secret qu’il veut bien nous transmettre, car ce qui importe ici, c’est de comprendre le pourquoi de ce secret, et plus encore comment il va être révélé aux principaux intéressés. Et ce récit mettra parfaitement en scène ce climat par l’intermédiaire d’une plume tout en effleurement, en délicatesse, en dévoilement progressif, emplie de poésie lorsqu’il s’agit de raconter l’histoire de chacun de nos protagonistes, même lorsque cette histoire est parfois cruelle, voire violente. Car derrière ce secret bien sûr se dévoile aussi une partie, tout aussi secrète, de l’Histoire de l’Algérie du XXème siècle, avec en son centre la guerre pour atteindre à l’indépendance dans les années 1950-1960, et ses conséquences funestes qui vont égrener encore une bonne partie du siècle. Ce foisonnement d’histoires, en lien avec l’Histoire, plutôt que d’être un entrelacs complexe qui pourrait perdre sens, est magistralement imbriqué pour donner, en seulement plus de 200 pages, une image puissamment juste de la Famille, en tout ce qu’elle a de pire comme de meilleur pour chacun, et de sa mémoire qui se conserve, ou non, au fil des générations, pour le bien de tous.

 Je remercie les éditions Belfond et NetGalley de m’avoir permis de découvrir la plume de Bajar Hali par l’intermédiaire de ce roman. Je vais de ce fait, sous peu, m’intéresser à ses autres œuvres.

Date de publication : 2020 ; Maison d’édition : Belfond ; Nombre de pages : 231

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s