Le prix de la démocratie (Julia Cagé)

007403709

Dans un essai richement documenté, clair et foncièrement didactique – sans pour autant ne pas s’inscrire dans un ton plus polémique qui secouera parfois, non sans humour d’ailleurs, le lecteur -, Julia Cagé décrypte, à partir d’une dizaine de pays, dont la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, ou encore les Etats-Unis pour une grande part, et ce à l’échelle d’une cinquantaine d’années, voire de plus d’un siècle pour certaines prises en compte historiques utiles à son propos, ce qu’est réellement le prix de la démocratie. Ou comment, au fil des années, le financement privé des partis politiques a, malgré des lois votées dernièrement pour le limiter, de plus en plus pris le pas sur leur financement public. Comment aussi, quand financement public il y a, celui-ci reste surtout tributaire des plus riches, pour finalement en arriver à une situation dans laquelle un citoyen n’a plus du tout le même poids – financier d’abord, démocratique ensuite -, sur le cours des choix électoraux, en prolongement sur les lois qui vont suivre et qui avantageront forcément les principaux donateurs.  Et surtout, en quoi, enfin, ce système extrêmement pervers, bien en place aux Etats-Unis depuis une dizaine d’années, commence à s’installer de plus en plus insidieusement en Europe.

Ainsi, en trois parties bien distinctes,  l’économiste nous décrit dans les moindres détails – graphiques, chiffres et exemples concrets à l’appui, très éclairants -, et pour reprendre ses termes, « le financement de la démocratie électorale » : d’abord « les méandres des financements privés », puis « les tentatives […] d’introduction des financements publics », et enfin « les propositions raisonnées permettant de sortir de ces contradictions [que crée cet entre-deux] ». L’on passe progressivement, et avec beaucoup de cohérence, d’un propos majoritairement objectif qui relate des faits que l’on ne peut dénier, et qui inquiète sur l’évolution du financement de nos démocraties, à un propos plus subjectif, mais tout de même rigoureux et argumenté, quant à des solutions proposées pour en arriver à un financement véritablement égalitaire qui ne profiterait plus qu’aux plus riches.

Malgré tout, bien que cet essai soit passionnant car particulièrement dense, complet et pertinent, j’ai été gênée par un point qui, à mon sens, nuit un peu à la démonstration. En effet, la répétition de certaines informations au fil de celle-ci, sans que ces répétitions n’apportent de véritable force argumentative, m’ont semblé superflues, alourdissant bien souvent le propos. Ainsi, l’auteure nous indique très souvent qu’elle va revenir sous peu sur un point qui lui semble important, et voilà que sont déjà développés, au moment où elle le note, des éléments sur ce point qui devait être abordé par la suite, et le lecteur se retrouve avec moult redondances qui ont tendance à lui faire perdre le fil de la démonstration. Cela se retrouve surtout s’agissant des solutions proposées, qui vont revenir matraquer à de nombreuses reprises les deux premières parties, qui sont pourtant, censément, être le diagnostic de la situation posée.

Je remercie les éditions Gallimard et Babelio de m’avoir permis de découvrir cet essai qui était dans ma PAL depuis quelque temps. Je ne suis pas mécontente de cette découverte car malgré le défaut énoncé précédemment, il n’en reste pas moins que Le prix de la démocratie est une démonstration passionnante, qui dénote un vrai travail de fond comme je les apprécie, et qui met en lumière les rouages de nos démocraties occidentales bien moins idéales qu’elles n’y paraissent sur papier.

Date de publication originale / Dans cette édition : 2018 / 2020 ; Maison d’édition : Gallimard ; Nombre de pages : 619

 

2 réflexions sur « Le prix de la démocratie (Julia Cagé) »

Répondre à Flaubauski Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s