Jolis jolis monstres (Julien Dufresne-Lamy)

006878343

Deuxième trouvaille dans les ressources numériques de ma médiathèque pendant le confinement, Jolis jolis monstres a parfaitement joué un des rôles, selon moi, dévolus à la littérature, celui de nous plonger dans des univers qui ne nous sont pas forcément familiers, mais qui nous les font découvrir avec beaucoup d’intérêt et de plaisir.

Je ne suis en effet pas du tout familière du milieu drag-queen, que ce soit celui des années 1970-1990, moment de sa naissance et de son développement le plus fulgurant à New-York, que celui plus contemporain qui signe sa « démocratisation », notamment incarné par Ru Paul, célèbre drag-queen qui a son émission de téléréalité.

J’avoue qu’avec ce roman, qui était pour moi une curiosité littéraire, j’ai apprécié découvrir un univers aussi incroyable, décrit sous toutes ses facettes, les plus heureuses comme les plus sombres – l’émergence du sida en tête, mais aussi la marginalisation qu’entraîne ce choix de vie, pas ou peu accepté par les proches, mais aussi par une bonne partie de la société -, par l’intermédiaire de James, drag-queen à la retraite qui va finir par transmettre le flambeau à Victor, jeune homme qu’il rencontre dans un bar new-yorkais, et à partir duquel nous allons découvrir le milieu tel qu’il a évolué.

Autour de ces deux personnages de fiction gravitent dans le même temps des célébrités du milieu, magistralement accompagnées d’une plume qui mime le rythme et l’ambiance des balls, compétitions de voguing ou de tenues : l’on a vraiment la sensation d’assister à ces shows totalement fous, et sacrément rafraîchissants par leur liberté et leur acceptation de tout un chacun. C’est d’ailleurs ce que m’a confirmé le visionnage du documentaire sorti en 1991 à ce sujet, Paris is Burning, qui est évoqué dans le roman : l’on se rend bien compte que l’auteur s’en est inspiré pour décrire avec le plus d’authenticité possible ce mouvement qui échappait à toutes les normes établies.

Découverte réussie en somme, et du milieu drag-queen dont il est question, et de l’auteur, Julien Dufresne-Lamy, qui lui rend ici un bel hommage.

Date de publication : 2019 ; Maison d’édition : Belfond ; Nombre de pages : 416

Quatrième de couverture : Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle des clubs kids et des stars underground. Quand trente ans plus tard il devient le mentor de Victor, un jeune père de famille à l’humour corrosif, James comprend que le monde et les mentalités ont changé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s