Comme des lions (Fatima Bhutto)

Anita, Monty et Sunny sont trois jeunes gens que tout sépare en premier lieu : l’une vit dans le plus grand bidonville de Karachi, tentant tant bien que mal de s’échapper de sa condition de jeune fille pakistanaise et pauvre ; l’autre, au contraire, vit dans l’opulence, dans le quartier le plus huppé de cette même ville, se sentant désœuvré au milieu d’une famille qui ne lui laisse que peu de marge de manœuvre pour s’épanouir autrement ; le troisième, d’origine indienne, vit en Angleterre avec son père, ne supportant pas l’acclimatation de celui-ci à son pays d’adoption et à ce qu’il considère comme une trahison de leur origine. Un concours de circonstances va les faire se rencontrer, après de multiples aventures et mésaventures, pour le meilleur et pour le pire, jusqu’au point de non-retour dans le désert irakien.

Récit à plusieurs voix et plusieurs temporalités, ô combien récurrent dans la littérature actuelle, ce qui a le don de me rebuter un peu en ce moment, Comme des lions est malgré tout parvenu à se faire apprécier malgré ce premier point qui m’est dernièrement assez rédhibitoire.

En effet, la multiplication, et des voix, et des temporalités, a ici un véritable sens et intérêt au sein de la narration pour que le lecteur puisse vraiment prendre conscience de l’évolution progressive et insidieuse de chacun de nos personnages. Car nos trois personnages principaux, qui n’ont pourtant rien à voir, vont suivre la même voie, celle du terrorisme, même si pour diverses raisons. Et c’est le chemin jusqu’à cette voie qui nous est ici raconté, avec beaucoup de vraisemblance et de cohérence. Ou comment, lorsque l’on est en perdition, l’on peut facilement se laisser persuader par une cause qui nous paraît juste, jusqu’à déchanter brutalement face à toute la violence dont elle est l’instigatrice.

Je crois que c’est ce qui, finalement, m’a fait le plus apprécier ce roman : Fatima Bhutto, à aucun moment, n’énonce de jugement, elle nous donne simplement les clés pour comprendre à quel point l’on peut, en quelques instants, basculer dans l’extrémisme, quelque soit la forme qu’il prend, et plus encore lorsque l’on est adolescent ou jeune adulte. Une grande leçon en somme, plus que nécessaire me semble-t-il de nos jours.

Je remercie les éditions Les Escales et NetGalley de m’avoir permis de découvrir ce roman.

Date de publication originale / Dans cette édition : ??? / 2020 ; Langue originale : Anglais (Pakistan) ; Maison d’édition : Les Escales ; Nombre de pages : 416

3 réflexions sur « Comme des lions (Fatima Bhutto) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s