L’archipel d’une autre vie (Andreï Makine)

Lu au mois d’avril, il m’aura fallu un certain temps pour laisser décanter ce roman dans mon esprit, et ce afin de m’en faire un point de vue.

Certes, je l’ai trouvé remarquablement écrit, autant dans le fond que dans la forme d’ailleurs. Le récit est cohérent, glisse avec facilité à travers les pas de Pavel, qui raconte son histoire à un jeune étudiant géomètre russe chargé d’effectuer des relevés en Sibérie orientale, après que le jeune homme s’est intéressé à cet homme solitaire et l’a suivi à travers la taïga. Ce récit, c’est celui d’une traque, au début des années 1950, plus de vingt ans plus tôt, en ce lieu symbole d’une nature vierge de toute présence humaine. C’est plus précisément la traque d’un prisonnier qui s’est échappé, et qu’il faut absolument retrouver pour ne pas perdre la face, traque dont Pavel fera partie, accompagné de plusieurs autres compagnons de fortune.

Et quelle traque ! Toute en poésie, laissant toute sa place à la beauté de la nature, dans une complète opposition avec la cruauté des hommes qui la traversent sans coup férir, dans un but dénué de véritable humanité, à laquelle elle assiste avec fatalisme. Toute en délicatesse également, lorsque l’on en découvre de plus en plus au fil du cheminement sur celui, d’abord proie, qui va, finalement, devenir prédateur pour sa survie, le prisonnier, prenant une place de plus en plus centrale dans le récit de Pavel, jusqu’aux révélations, progressivement pressenties, qui mènent au dénouement.

Malgré tout, il m’a manqué un petit quelque chose pour être totalement conquise par L’archipel d’une autre vie : je suis, en effet, et ce en dépit d’un roman que j’ai trouvé remarquable, restée à distance des personnages et de leurs histoires, et donc de ma lecture. Peut-être, que comme Pays de neige de Kawabata, pour lequel j’ai eu à près le même ressenti il y a quelques mois, ce n’était pas le bon moment pour moi de découvrir cet univers et cette plume.

Date de publication originale : 2016 ; Maison d’édition : Seuil ; Nombre de pages : 288

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s