Leurs ailes de géant (Joost de Vries)

Par un point de départ prétexte de jeu du chat et de la souris, qui, comme l’on le comprend bien vite, ne mènera pas du tout le lecteur où il le pense, Joost de Vries nous présentent deux frères, Edmund et Sieger van Zeeland, l’un passionné d’histoire, qui a réussi à devenir fortuné par un gros coup de chance, l’autre grand reporter qui va prendre la relève de son « mentor » dans une sombre affaire. Bien qu’ayant fait des choix très différents et ayant bien du mal à s’entendre, ils ont un point commun qui les rapproche, point commun qui va aller crescendo au fil du récit, point commun qui va donner tout son sel et son intérêt au roman : ils sont à tel point imbus d’eux-mêmes que leur vie n’est qu’une course à la grandiloquence et à la démesure. Tels des Prométhée des temps modernes, ils considèrent que tout leur tombe, forcément, dans les bras : amour, réussite… quitte à se brûler les ailes – ou, pour rester dans la comparaison, à se faire dévorer le foie indéfiniment – à ne pas se soucier des conséquences de leurs actes.

Le roman commence ainsi avec Edmund, qui, suite à une demande maternelle, est à la recherche de Sieger, ne donnant plus signe de vie. Alterneront alors, tout du long, les aventures simultanées de nos anti-héros de frères, face à des situations de plus en plus cocasses qui demanderont un minimum d’humilité, ce qu’ils n’ont bien sûr pas, et qui les entraîneront donc au summum de l’absurdité de leurs orgueils démesurés, sans qu’ils n’en tirent, finalement, une quelconque leçon avant un bon moment.

J’avoue que j’ai d’abord été séduite par ces deux personnages – je trouve que l’on manque, actuellement, d’anti-héros -, et très vite je me suis laissée en plus emporter par leurs aventures, bien rythmées, qui plus est ponctuée de petites pointes de sarcasme quant aux milieux qu’ils traversent – surtout le journalisme et la télévision (émissions qui y sont tournées, séries…) – que j’ai franchement appréciées. C’est frais, c’est drôle, c’est bien écrit – du moins bien traduit -.

Je remercie les éditions Les Escales et NetGalley de m’avoir permis de découvrir Leurs ailes de géant : j’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de ce roman.

Date de publication originale / Dans cette édition : 2017 / 2020 ; Langue originale : Néerlandais ; Titre original : Oude meesters ; Traduction : Emmanuèle Sandron ; Maison d’édition : Les Escales ; Nombre de pages : 43

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s