Arrêt d’urgence (Belinda Bauer)

Alors qu’ils tombent en panne sur l’autoroute, une mère de famille demande à son fils aîné, Jack, de surveiller ses deux petites sœurs pendant qu’elle se rend à la borne d’arrêt d’urgence la plus proche pour demander de l’aide. L’attente se faisant longue, trop longue sous la chaleur de la tôle, Jack décide, accompagné de ses sœurs, de suivre le chemin de sa mère pour la retrouver : ils tombent sur la borne, au combiné décroché et pendant dans le vide, mais ne trouvent aucune trace d’elle… Jusqu’à l’annonce de la découverte de son corps après quelques jours, et le début d’une nouvelle vie pour ces trois enfants, que nous retrouvons, après ces quelques pages préliminaires, trois ans plus tard, face à une situation problématique…

Voici un polar qui commence plutôt bien, nous déroulant une intrigue, qui, sans être foncièrement originale, n’en est pas moins parfaitement menée et construite : l’on découvre progressivement le personnage de Jack, adolescent de 14 ans qui doit faire face comme il le peut à la disparition de sa mère, autant pour lui que pour ses sœurs plus jeunes – ce n’est en effet pas leur père qui parvient à leur venir en aide, ce dont nous découvrons la raison au fur et à mesure -. J’ai trouvé le personnage intéressant, plutôt bien développé et cohérent, qui plus est servi par un entourage tout aussi intéressant – les sœurs, les « amis », les policiers en charge de l’enquête sur la disparition maternelle… -, donnant lieu à un ensemble très agréable à lire.

Jusqu’au jour où Jack pense avoir retrouvé l’assassin de sa mère, et où le récit bascule dans une série d’évènements illogiques, avec une narration beaucoup plus brouillonne, qui perd franchement en crédibilité de ce fait. Les personnages, qui étaient pourtant jusqu’à présent intéressants, perdent en épaisseur, voire deviennent caricaturaux pour certains – les policiers surtout -, de même que l’histoire s’effiloche progressivement pour se terminer abruptement, sans dénouement véritablement satisfaisant.

Une très bonne première partie en somme, à partir de laquelle la chute ne fut que plus rude dans la deuxième partie : Arrêt d’urgence, à mon sens, aurait pu être un excellent polar, si et seulement si la découverte de l’assassin de la mère de Jack avait été menée autrement. C’est l’évènement charnière qui a fait basculer ma lecture d’un moment agréable à un moment d’incompréhension complète face à d’inattendues incohérences. Dommage…

Je remercie les éditions Belfond et NetGalley de m’avoir permis de découvrir ce roman.

Date de publication originale / Dans cette édition : 2018 / 2020 ; Langue originale : Anglais (UK) ; Titre original : Snap ; Traduction : Christine Rimoldy ; Maison d’édition : Belfond ; Nombre de pages : 400

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s