Nickel Boys (Colson Whitehead)

Par un malheureux hasard, Elwood Curtis, à qui tout réussissait jusqu’à présent, se trouve accusé de vol, alors qu’il s’apprêtait à entrer à l’université, et envoyé en Floride purger sa peine à la Nickel Academy. Cette maison de correction fonctionne, bien sûr en Floride, et bien sûr dans les années 1960, via un système ségrégatif qui sépare Blancs et Noirs dans différents bâtiments. La violence y est omniprésente, mais elle va bien au-delà dans les bâtiments où sont parqués les adolescents Noirs, ce dont va vite se rendre compte Elwood, épaulé pendant sa peine par Turner, camarade de chambrée qui va vite devenir son ami.

S’inspirant d’un fait réel présenté rigoureusement dans le prologue – la découverte, après la fermeture d’une maison de correction en 2011, en Floride, de nombreux squelettes d’adolescents enterrés anonymement -, Colson Whitehead raconte une nouvelle fois, avec beaucoup de force, l’Amérique ségrégationniste, cette fois dans un passé beaucoup plus proche que celui d’Underground Railroad. La même atmosphère y est malgré tout présente, ponctuée de violence, de racisme, d’injustice, servie par une précision historique très réaliste, mais cette fois beaucoup moins visuelle et vive : les scènes les plus terribles sont, en effet, laissées davantage à l’imagination du lecteur, ce qui n’est pas forcément moins pertinent, bien au contraire.

De plus, l’histoire ne s’arrête pas à la Nickel Academy : l’on assiste en effet à l’après, à ce qu’il se passe pour un adolescent qui a dû y subir nombre d’atrocités, une fois qu’il a purgé sa peine et y a survécu. Comment réussir à se construire en tant qu’adulte stable et serein dans ces conditions ? Tout au long du roman, l’on oscille ainsi du passé au présent, de l’horreur à l’acceptation, plus ou moins refoulée, d’avoir survécu à cette horreur sans éprouver de culpabilité, avec beaucoup de maîtrise narrative. Et le terme du roman, avec une tout aussi grande maîtrise, rebat les cartes de la narration : il est vraiment surprenant, et j’avoue que je ne m’y attendais pas du tout ; le plus important, c’est que je n’y ai pas franchement repéré d’incohérences qui le rendraient moins intéressant, il est amené avec beaucoup de réussite, et conclut parfaitement un roman qui mérite son prix Pullitzer – plus encore que le précédent à mon sens -.

Moi qui avais hésité à lire Nickel Boys pendant la rentrée littéraire de septembre, je ne regrette pas de l’avoir finalement trouvé dans la liseuse que j’avais empruntée à la médiathèque pour d’autres romans.

Date de publication originale/Dans cette édition : 2019/2020 ; Langue originale : Anglais (US) ; Titre original : The Nickel Boys ; Traduction : Charles Recoursé ; Maison d’édition : Albin Michel ; Nombre de pages : 288

6 réflexions sur « Nickel Boys (Colson Whitehead) »

  1. […] Ils en parlent aussi : 36 livres, Le petit crayon, Aire(s) libre(s), Impossible sans livres, Bibli in the city, Diacritik, Dealer de lignes, La page qui marque, Mes échappées livresques, Tomabooks, The autist reading, Aurelitdeslivres, Quelques livres en chemin, Charlotte Parlotte, La ménagerie du livre, Uranie, 130 livres, Love in books, Livres de Folavril, Lire est le propre de l’homme, Entre les lignes entre les mots, Les miscellanées d’Usva, Mes pages versicolores, The cannibal lecteur, Les Miss Chocolatine bouquinent, Le temps libre de Nath, La lectrice compulsive, Les lectures d’Azilis, Sur la route de Jostein, L’heure de lire, Lettres exprès, La livropathe, My pretty books, La culture dans tous ses états, Read look hear, Les fringales littéraires, Sorcière misandre, Lectures d’A, Little coffee book, The Eden of books, Balcknovel1, Les petites lectures de Maud, Aude bouquine, L’essence des mots, Madame CDI, Sin city, Coup de cœur de CB, Mangeur de livres, Hilda George Reporter, Les maux dits, Livres addict, Le spicilège, Dans ma bibliotête, Cats and books, Les livres d’Ève, L’art et l’être […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s