Payer la terre (Joe Sacco)

Nouvelle enquête graphique de Joe Sacco, qui a ces derniers temps laissé de côté le reportage de guerre pour s’intéresser aux évolutions, notamment sociales et historiques, de l’Amérique du Nord, Payer la terre s’intéresse cette fois aux premières nations des territoires du Nord-Ouest Canadien.

A travers six chapitres, le journaliste fournit, comme à son habitude, une enquête fouillée, entre recherches en amont, entretiens sur place, complément des recherches préliminaires et entretiens en aval, pour raconter l’histoire de ces premières nations, les Dene, depuis le XIXème siècle et les premières colonisations anglaises, jusqu’au XXIème siècle et l’essor d’une nouvelle génération qui souhaite un retour à la terre et aux traditions ancestrales, en passant par d’autres générations qui ont entretemps subi divers traumatismes causés par l’arrivée des colons, de leur désir d’assimiler ces nations par des pensionnats catholiques, à leur impérieuse envie de posséder leurs terres pour mieux en forer les sols ou en faire des mines de diamant. Ce sont donc des communautés exsangues, dépendantes des autorités, exploitées par les grandes sociétés minières et pétrolières, souvent en proie à plusieurs addictions (surtout l’alcool) ayant pour conséquence des abus divers et variés, qui n’ont plus de sens à donner à leur existence du fait d’avoir dû s’adapter sans en avoir le choix à des traditions qui leur ont été imposées par les pensionnats, que Joe Sacco rencontre et interroge. Le rapprochement que l’on peut faire entre les Dene et les premières nations des Etats-Unis est immédiat, et l’on peut comprendre ce choix pour le reporter de se rendre sur les traces canadiennes de celles-ci : montrer que cela ne concerne, et n’a pas concerné, que les Etats-Unis – l’on peut bien sûr aussi penser à l’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Asie… qui n’ont pas été épargnées par ces colonisations européennes.

Et comme à son habitude, l’enquête s’accompagne de graphismes tout aussi fouillés et réalistes, que ce soit pour représenter les garants de l’histoire des Dene, passée, présente, ou future, ou pour représenter les deux pans à travers lesquels les Dene sont désormais tiraillés : l’appel de la nature, d’un retour à la forêt, à la simplicité, à la liberté, via de magnifiques panoramas naturels, sources d’espoir et de renouveau pour les nouvelles générations ; la « civilisation » qui leur a été imposée et qui n’a fait que les aliéner au fil des générations, via des panoramas cette fois de villes mornes, de chantiers de forage ou de mines à l’abandon qui insistent sur leur capacité de destruction et de risque d’annihilation complète de ces premières nations.

C’est donc encore un excellent reportage de Joe Sacco que j’ai eu entre les mains, un reportage que j’ai pris plaisir à lire malgré la gravité du sujet, en ce qu’il est, pour moi, un véritable travail de journalisme au long cours, de plus en plus rare à notre époque.

Date de publication originale / Dans cette édition : 2020 ; Langue originale : Anglais (US) ; Titre original : Paying The Land ; Traduction : Sidonie Van den Dries ; Maisons d’édition : Futuropolis / La revue XXI ; Nombre de pages : 264

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s