Vertiges (Fredric Gary Comeau)

En 170 fragments de vie, plus ou moins brefs, plus ou moins percutants, Fredric Gary Comeau nous raconte le destin de multiples personnages qui se croisent, en de multiples pays, sans se connaître, sans se parler, mais qui finalement se reconnaissent sans se le dire, et vont finir, comme l’on s’en doute rapidement, après un certain temps de jeu du chat et de la souris, par se trouver, ou se retrouver.

Je reconnais les qualités littéraires de ce roman, à la construction narrative cohérente, bien menée, très vivante, qui mélange les registres, les langues, et les références, et dans laquelle ce qui importe, ce n’est pas le dénouement, mais la façon dont il va se produire, mais il ne m’a pas pour autant convaincue. La multiplication des fragments, personnages, lieux…, en soi bienvenue et assez rafraîchissante, malgré la gravité des situations de la majorité des personnages, n’est à mon sens pas assez étoffée pour pouvoir pleinement entrer dans le récit. Je suis en effet restée à la lisière de celui-ci, du début à la fin, ne parvenant pas à suivre le chemin des personnages, trop désincarnés pour moi, qui ait besoin de profondeur et de complexité.

Je remercie les Editions Faubourg Marigny et Babelio de m’avoir permis de découvrir ce roman, qui n’était finalement pas fait pour moi.

Date de publication originale / Dans cette édition : 2013 / 2021 ; Langue originale : Français (Canada) ; Maison d’édition : Faubourg Marigny ; Nombre de pages : 253

2 réflexions sur « Vertiges (Fredric Gary Comeau) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s