Poésie du mois : Mai => Emilie Dickinson, Quatrains et autres poèmes

Regroupant de manière chronologique tous les quatrains, ou poèmes encore plus brefs, contenant un simple distique, d’Emily Dickinson, ce recueil bilingue m’a permis de découvrir avec beaucoup de plaisir la poésie de la poétesse américaine.

Par leur brièveté, j’ai grandement apprécié la fulgurance de ces poèmes, qui disent finalement beaucoup, et en même temps si peu, en quelques vers. A la manière des haïkus, en effet, ils frappent l’esprit pour mieux le laisser ensuite divaguer au gré des thèmes présents, la nature principalement, mais aussi les sentiments, ou encore, de plus en plus au fil des années, le temps qui passe et la mort. Car cette fulgurance, si parfaitement mise en scène par les nombreuses métaphores et allégories qui parsèment le recueil, c’est bien sûr celle qui raconte la vie de la poétesse, mais plus encore la vie de chaque être humain, et c’est ce qui donne tant de force à ces évocations poétiques fugaces.

Découverte réussie en somme d’Emily Dickinson, je pense de fait me procurer ses œuvres complètes, bilingues, disponibles chez Flammarion depuis peu.

Date de publication dans cette édition : 2000 ; Langue originale : Anglais (US) ; Traduction : Claire Malroux ; Maison d’édition : Gallimard ; Nombre de pages : 312

2 réflexions sur « Poésie du mois : Mai => Emilie Dickinson, Quatrains et autres poèmes »

Répondre à Jaskiers Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s