Sex revolts : Rock’n’roll, genre et rébellion (Joy Press et Simon Reynolds)

Réédition remaniée et augmentée en 2018 d’une analyse de la place des genres dans la culture rock, Sex Revolts, ouvrage à l’origine publié en 1995, dresse un panorama complet, clair et assez pertinent de la question.

A travers des analyses de paroles de chansons, d’extraits d’interviews, Joy Press et Simon Reynolds décryptent les comportements, d’abord masculins – dans deux parties qui renvoient à la place qui est laissée à la femme par les hommes dans cette culture -, puis féminins – dans une partie qui renvoie quant à elle à la place que prend la femme dans cette culture – des milieux rock, plutôt à partir des années 1960 jusqu’aux années d’écriture de l’ouvrage. Comportements qui sont décryptés par l’intermédiaire de la psychologie, de la sociologie, de l’histoire… pour mieux montrer les différentes facettes d’une culture profondément complexe.

Où il nous est montré que le rock, et donc le rockeur, oscille parfois entre deux postures : d’abord celle du rebelle, profondément misogyne, aux idées et comportements négatifs vis-à-vis de la femme, parfois extrêmement violents – ce que l’on retrouve par exemple chez The Rolling Stones, The Stooges, Sex Pistols, ou encore Nick Cave, pour n’en citer que quelques-uns, parfois presque inexistants, laissant place ainsi à une franche camaraderie exclusivement masculine, comme chez The Clash. Ensuite celle du mystique, qui donne au contraire à la femme une image plus positive, entre adoration et amour – même si cet amour prend aussi chez certains un caractère incestueux, il faut donc nuancer ce côté positif. Où il nous est montré que la rockeuse, elle aussi, oscille entre plusieurs postures pour trouver sa place au milieu de cet univers majoritairement masculin : se comporter de la même manière que leurs homologues, ou au contraire donner au rock une part de féminin, qui prend diverses formes, l’exemple caractéristique de celle qui a tenté toutes les postures étant Patti Smith.

Tout cela nous est certes montré avec beaucoup de pertinence, mais les exemples se multiplient un peu trop, et nuisent en cela à la force du propos qui se noie au milieu de listes voulant prouver la véracité des arguments amenés précédemment. L’on finit par en perdre de vue ces arguments, et à avoir des difficultés à reprendre le fil de la démonstration après ces listes.

Je remercie les éditions La Découverte et NetGalley pour cette lecture.

Date de publication originale / Dans cette édition : 1995 / 2021 ; Langue originale : Anglais (US) ; Titre original : The Sex Revolts, Gender, Rebellion and Rock’n’roll ; Traduction : Samuel Roux ; Maison d’édition : La Découverte ; Nombre de pages : 496

1 réflexion sur « Sex revolts : Rock’n’roll, genre et rébellion (Joy Press et Simon Reynolds) »

  1. « mais les exemples se multiplient un peu trop, et nuisent en cela à la force du propos qui se noie au milieu de listes voulant prouver la véracité des arguments amenés précédemment. L’on finit par en perdre de vue ces arguments, et à avoir des difficultés à reprendre le fil de la démonstration après ces listes.  »

    EXACTEMENT

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s