Classique du mois : Août => Cent ans de solitude (Gabriel Garcia Márquez)

Deuxième tentative, après une lamentable mise de côté l’année dernière – je pensais simplement ne pas être dans le bon état d’esprit pour découvrir ce classique de la littérature latino-américaine -, qui m’a cette fois permis de terminer Cent ans de solitude, malgré tout avec peine.

Je ne dénie pas une certaine qualité narrative pour nous conter les cent ans de solitude de la famille Buendia, que nous suivons de génération en génération dans le village de Macondo, village créé justement par José Arcadio Buendia et sa femme Ursula, mais j’y suis restée entièrement hermétique. Peut-être est-ce parce que je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus novateur, alors que ce roman n’est finalement, à mon sens, qu’un simple prolongement des récits merveilleux écrits avant lui, avec des personnages assez typiques, un récit narré de manière assez caractéristique également, même si l’incipit surprend agréablement – mais cela ne dure pas -, des situations courues d’avance… Cette fresque familiale, qui nous fait évoluer à travers l’histoire de la Colombie, malgré son caractère foncièrement mythique et merveilleux, ne m’a donc pas du tout entraînée avec elle. Tant pis…

Date de publication originale / Dans cette édition : 1967 / 1995 ; Langue originale : Espagnol (Colombie) ; Titre original : Cien años de soledad ; Traduction : Carmen Durand ; Maison d’édition : Points ; Nombre de pages : 437

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s