La Chine d’en bas (Liao Yiwu)

Par une série d’entretiens, parfois retranscrits tels quels parce qu’enregistrés, parfois reconstitués selon les notes prises ou les souvenirs gardés des rencontres, Liao Yiwu raconte la « Chine d’en bas », celle des laissés pour compte, celle de ceux qui ont beaucoup perdu avec l’arrivée de Mao et de la République Populaire de Chine, parce que propriétaires, parce qu’exerçant des métiers considérés comme dangereux pour la République…

L’auteur, qui a lui-même quitté clandestinement son pays en 2011, après avoir, pendant longtemps, et depuis 1989, été un dissident politique, régulièrement emprisonné, dans tous les cas ostracisé lorsqu’en liberté, fait ainsi un choix particulièrement engagé, qui sert avant tout à dénoncer le système dictatorial qu’il choisira, par la suite, de quitter. Car en effet, dans chaque entretien, ce sont certes des laissés pour compte, des oubliés de la Chine, qui prennent la parole, qui racontent toutes les brimades, toutes les violences vécues, tout ce qu’on leur a fait subir alors qu’ils étaient considérés comme irrespectueux des règles chinoises en vigueur – alors que ces règles ne sont pas forcément respectées pas ceux qui possèdent le moindre pouvoir – , mais l’on comprend très vite que c’est la République Populaire de Chine qui, de manière plus ou moins insidieuse, en a fait des laissés pour compte, dans le but tout à fait pervers de leur soustraire la moindre influence possible sur le reste de la population – ce qui a, finalement, été tenté pour Liao Yiwu, mais sans succès.

Tout comme j’avais apprécié lire La dénonciation de Bandi cet été, qui dénonçait par l’intermédiaire de nouvelles le régime nord-coréen, j’ai apprécié découvrir ces avatars de la Chine, connus du grand public malgré tous les efforts des autorités pour les censurer, qui prennent ici visage humain via des histoires tout à la fois banales et terribles, pouvant arriver à n’importe qui, n’importe quand.

Date de publication originale / Dans cette édition : 2002 en chinois, 2009 en anglais / 2014 ; Langue originale : Anglais (US) => Traduction à partir de la version anglaise de l’œuvre, et non de la version chinoise, à la demande de l’auteur ; Titre original : The Corpse Walker, Real-Life Stories, China from the Bottom-Up ; Traduction : Arianne Bataille ; Maison d’édition : 13E Note ; Nombre de pages : 476

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s