Combats et métamorphoses d’une femme (Edouard Louis)

Après avoir brossé son enfance et son adolescence, le viol qu’il a subi, l’histoire de son père, c’est désormais à sa mère plus précisément qu’Édouard Louis s’intéresse dans ce bref roman. Il raconte le passé de celle qu’il a connue pauvre, malheureuse, résignée à son sort, pour mieux ensuite montrer les mécanismes qui ont permis son émancipation, familiale et sociale. Mais j’ai malgré tout trouvé que l’auteur se racontait davantage à travers sa mère qu’il ne la racontait, en ramenant sans arrêt le tout à lui sans que cela ne soit toujours nécessaire, dans un élan encore plus égocentré qu’habituellement, et qui m’a cette fois gênée. Happée par Pour en finir avec Eddy Bellegueule, déjà beaucoup moins convaincue par Histoire de la violence, n’ayant pas lu Qui a tué mon père ?, j’aurais pu, à mon sens, m’abstenir de nouveau pour ce quatrième ouvrage.

Point vraiment positif cependant, c’est celui de la lecture réalisée par Irène Jacob, très juste, toute en retenue, montrant avec réussite les divers sentiments éprouvés par l’auteur enfant, adolescent, adulte, au sujet de sa mère : parfois honte, parfois tristesse, parfois colère, parfois enfin admiration.

Je remercie les éditions Audiolib et NetGalley pour la découverte de ce roman audio.

Date de publication originale / Dans cette édition : 2021 ; Maison d’édition : Audiolib ; Narratrice : Irène Jacob ; Temps d’écoute : 1h37

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s