Théâtre du mois : Août => Hamlet (William Shakespeare)

Énième relecture d'une pièce dont je ne me lasserai, je crois, jamais, énième relecture faite, à 4 ou 5 ans d'intervalle de la précédente, de nouvelles perspectives, comme à chaque nouvelle lecture, et c'est pour cette raison que, justement, je ne m'en lasserai jamais, comme si, au fil des ans qui passaient, l'on ne pouvait… Lire la suite Théâtre du mois : Août => Hamlet (William Shakespeare)

Les aventures complètes de Pierre Lapin (Beatrix Potter)

Cette lecture des Aventures complètes de Pierre Lapin a une saveur particulière puisque je les ai lues à plusieurs reprises à mon fils pendant les grandes vacances, à sa demande. Envisagée comme une lecture plus tardive, d'ici quelques mois, voire une bonne année, je ne m'attendais pas du tout à ce que le charme opère… Lire la suite Les aventures complètes de Pierre Lapin (Beatrix Potter)

L’âne d’or ou Les métamorphoses (Apulée)

Je sais bien que les auteurs antiques peuvent souvent réserver de belles surprises, mais j'avoue ne pas m'être du tout attendue, avec L’Âne d'or, à un récit si moderne. Récit que nous fait Lucius, le héros/anti-héros de l'histoire, de ses aventures à travers la Thessalie, d'abord comme humain, ensuite comme âne, alors qu'il est victime… Lire la suite L’âne d’or ou Les métamorphoses (Apulée)

Rebecca (Daphné du Maurier)

Dès les premières chapitres de ce roman qui nous fait naviguer entre réalisme, fantastique, policier, ou encore histoire d'amour et de mœurs..., et son titre, nous savons d'emblée que les dés du pacte romanesque sont pipés, et que la narratrice, celle dont l'on ne connaîtra jamais le nom, n'est pas la véritable protagoniste du récit… Lire la suite Rebecca (Daphné du Maurier)

Classique du mois : Juillet => Vipère au poing (Hervé Bazin)

En recherche de romans aux accents autobiographiques dans le cadre des lectures personnelles, non travaillées en classe, que je vais proposer à mes troisièmes à la rentrée, il était temps que je prenne enfin un moment pour découvrir Vipère au poing, un des classiques du genre du XXème siècle. J'en connaissais bien sûr les grandes… Lire la suite Classique du mois : Juillet => Vipère au poing (Hervé Bazin)

Classique du mois : Juin => La Nouvelle Héloïse (Jean-Jacques Rousseau)

Rousseau et moi, c'est une histoire d'antipathie depuis les premiers essais de lecture avec les Confessions, qui n'a fait que s'exacerber au fil des ans et des découvertes obligées en fac de lettres. Je partais donc sur un a priori on ne peut plus négatif face à cette monstrueuse - en termes de longueur -… Lire la suite Classique du mois : Juin => La Nouvelle Héloïse (Jean-Jacques Rousseau)

La garden-party et autres nouvelles (Katherine Mansfield)

Série de tranches de vie qui font parfois sombrer le quotidien le plus banal dans toute sa noirceur - la mort, plus ou moins violente, plus ou moins prévisible, y rôde en effet souvent, de même que la tristesse, le doute, les regrets... - ces nouvelles de Katherine Mansfield sont pour moi une découverte comme… Lire la suite La garden-party et autres nouvelles (Katherine Mansfield)

Théâtre du mois : Juin => Le Balcon (Jean Genet)

Nouvelle mise en abyme avec cette autre pièce de Genet, mais dans un genre beaucoup plus grand-guignolesque et absurde : finie la sobriété des décors, des personnages, et de la situation des sœurs des Bonnes, puisque nous atterrissons, sans coup férir également, dans un bordel bien particulier. En effet, les clients paient pour jouer des… Lire la suite Théâtre du mois : Juin => Le Balcon (Jean Genet)

Classique du mois : Avril/Mai => Notre-Dame de Paris (Victor Hugo / Illustrations Benjamin Lacombe)

Il m'en aura fallu, du temps, pour relire ce grand roman historique. Période peu propice pour me plonger dans les alcôves de Notre-Dame certes, mais surtout beaucoup de mal à entrer dans le récit, cette fois - je n'en ai pas souvenir pour ma première lecture. Il est vrai que les premières parties, reconstruisant avec… Lire la suite Classique du mois : Avril/Mai => Notre-Dame de Paris (Victor Hugo / Illustrations Benjamin Lacombe)

Ubik (Philip K. Dick)

Ubik : ubiquité. Il est assez aisé de comprendre la signification de ce titre, beaucoup moins d'en arriver à l'exploitation de toutes ses potentialités présentes dans ce roman, qui joue sur toutes ses subtilités avec une grande réussite. En effet, que sont ces publicités qui vantent les bienfaits d'"Ubik", produit polymorphe, qui ponctuent chaque début… Lire la suite Ubik (Philip K. Dick)