Traverser la foule (Dorothée Caratini)

Il y a quelque chose de fort dans ce récit à fleur de peau d'une femme qui se raconte après le suicide de son mari. Car tout commence narrativement par cet évènement que l'on se prend en plein visage : le retour chez elle, un jour comme un autre, la découverte du corps pendu dans… Lire la suite Traverser la foule (Dorothée Caratini)

Théâtre du mois : Août => Hamlet (William Shakespeare)

Énième relecture d'une pièce dont je ne me lasserai, je crois, jamais, énième relecture faite, à 4 ou 5 ans d'intervalle de la précédente, de nouvelles perspectives, comme à chaque nouvelle lecture, et c'est pour cette raison que, justement, je ne m'en lasserai jamais, comme si, au fil des ans qui passaient, l'on ne pouvait… Lire la suite Théâtre du mois : Août => Hamlet (William Shakespeare)

La métamorphose (Franz Kafka)

Gregor Samsa se réveille un beau matin métamorphosé en cancrelat. Comment ? Pourquoi ? Nous n'en saurons jamais rien, mais nous découvrirons ce que ressent le personnage dans ce nouveau corps, puisqu'il a gardé, dans le même temps, toute son humanité. Nous serons, avec lui, enfermés dans une seule pièce, ou presque, sa chambre ;… Lire la suite La métamorphose (Franz Kafka)

Carnets d’Orient Intégrale 1 : 1830-1954 (Jacques Ferrandez)

Les Carnets d'Orient, ce sont ceux de Joseph Constant, peintre inventé par Jacques Ferrandez, mais au plus proche des peintres orientalistes des années 1830 ayant vraiment existé - surtout Delacroix, dont les carnets servent de source d'inspiration-, qui se rend en Algérie, toute jeune colonie française. Dans le premier tome, d'un cycle de 5 tomes… Lire la suite Carnets d’Orient Intégrale 1 : 1830-1954 (Jacques Ferrandez)

Les réveilleurs de soleil (Oxmo Puccino)

Dans le monde de Rosie, le soleil a disparu progressivement, pour que ne réapparaître que très ponctuellement, au gré de ses humeurs. Les jardins dépérissent, les esprits s'attristent, mais chacun fait avec comme il peut, la fatalité l'emportant de plus en plus sur l'envie de bouger les lignes. Jusqu'à ce qu'Edmond, le grand-père de Rosie,… Lire la suite Les réveilleurs de soleil (Oxmo Puccino)

Au temps des requins et des sauveurs (Kawai Strong Washburn)

Pour la famille Flores, ce qui était une excursion qui aurait pu finir en drame se terminera en miracle, mais était-ce pour le mieux, finalement ? En effet, alors qu'en 1995, le cadet, Nainoa, tombe dans l'océan, assuré d'une mort certaine par la présence de nombreux requins autour de lui, est ramené au contraire à… Lire la suite Au temps des requins et des sauveurs (Kawai Strong Washburn)

Les Contreforts (Guillaume Sire)

Il y a quelque chose d'immédiatement touchant dans l'histoire de la famille Testasecca, dans la ruine de son château, situé à proximité de Carcassonne, qui arrive à ses derniers balbutiements, à l'image du père, Léon, raviné par le temps et l'alcool, n'étant plus que l'ombre de lui-même et de son illustre famille, malgré certains coups… Lire la suite Les Contreforts (Guillaume Sire)

Classique du mois : Août => Cent ans de solitude (Gabriel Garcia Márquez)

Deuxième tentative, après une lamentable mise de côté l'année dernière - je pensais simplement ne pas être dans le bon état d'esprit pour découvrir ce classique de la littérature latino-américaine -, qui m'a cette fois permis de terminer Cent ans de solitude, malgré tout avec peine. Je ne dénie pas une certaine qualité narrative pour… Lire la suite Classique du mois : Août => Cent ans de solitude (Gabriel Garcia Márquez)

Classique du mois : Juillet => Vipère au poing (Hervé Bazin)

En recherche de romans aux accents autobiographiques dans le cadre des lectures personnelles, non travaillées en classe, que je vais proposer à mes troisièmes à la rentrée, il était temps que je prenne enfin un moment pour découvrir Vipère au poing, un des classiques du genre du XXème siècle. J'en connaissais bien sûr les grandes… Lire la suite Classique du mois : Juillet => Vipère au poing (Hervé Bazin)

Les bonnes (Jean Genet)

Avec Les bonnes, c'est une entrée sans coup férir sur scène, en un souffle, sans pause permise par un quelconque acte ou une quelconque scène, via la mise en abyme classique du théâtre dans le théâtre, dans laquelle Solange est déguisée en Claire, sa sœur, tandis que Claire est déguisée en Madame, dont elles sont… Lire la suite Les bonnes (Jean Genet)